Interview avec Youssef Hadji (partie 1): « Ça va être la guerre à chaque match. »

Une légende, l’icône d’une génération. Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire Youssef Hadji, joueur emblématique de sa génération et de l’aventure de la CAN 2004. Youssef a accepté de répondre aux questions de SOCCER212. La génération 2004 ou encore la CAN 2019, Youssef décrypte avec nous l’actualité et le passé des Lions.

SalamouAleiykoum Youssef, merci de nous accorder cette interview. Que deviens-tu depuis ta retraite ?

Wa Aleykoum Salam. Je me suis accordé une année sabbatique durant laquelle j’ai un peu décroché du monde du football pour profiter de la famille et prendre du repos avant de m’y remettre tout doucement InchAllah.

As-tu des projets en particulier ? Sur le terrain, dans l’encadrement voir avec la FRMF?

Oui pourquoi pas avec la FRMF. L’idéal serait d’apprendre un métier en tant que coach ou adjoint dans la structure d’un club ou une fédération, voir les deux. Je voudrais préparer les diplômes tout en étant sur le terrain. Je veux faire faire les choses bien. Tout dépendra des opportunités et je pense qu’il y a beaucoup de choses à faire. L’idée est de les faire bien.

Est-ce pour toi un regret de ne pas avoir joué le mondial avec la sélection? J’imagine que tu en avais très envie surtout quand on a un frère qui s’appelle Mustapha Hadji et qui a brillé aux yeux du monde en 1998.

Oui forcément ça reste un grand regret déjà parce que j’ai vu mon frère jouer cette compétition et forcément ça m’avait donné envie. Mais c’est surtout au vu de la génération que l’on avait. Quand on voit le parcours que l’on a pu faire pour se qualifier à la CDM 2006, ne pas se qualifier sans perdre un seul match et à un but près c’est dur. Mais mektoub. Ce n’était pas écrit pour moi mais j’ai vécu d’autres belles choses avec le groupe.

Alors justement en parlant de la qualité de votre groupe. Qu’est-ce qui justifie selon toi l’absence de résultats pour votre génération qui était l’une des plus talentueuses que n’ait connu le Maroc?

C’est difficile à dire. Un manque de chance peut-être. On avait aussi peut-être une équipe plus taillée pour l’Europe que l’Afrique (rires). Quand on voit les résultats que l’on pouvait faire face aux grosses écuries européennes comme la France ou la Belgique à l’époque… Ça se passait plutôt bien pour nous. En Afrique aussi ce n’était pas trop mal ce qu’on faisait mais c’est vrai qu’aujourd’hui il y a un sentiment d’inachevé. Il aurait fallu un titre au bout pour couronner tout ça. Expliquer ce manque de résultats reste compliqué.

Est-ce que le fait qu’il ait pu régner à un moment en sélection une ambiance moins professionnelle a aussi pu jouer sur les résultats? La presse faisait souvent état de faits divers emabarassants. Confirmes-tu ce qui a pu être rapporté auparavant ? Que ce soit au niveau des joueurs ou même de la fédération qui n’aurait pas su définir un projet clair.

Il est évident que quand on se professionnalise et qu’on fait les choses bien c’est mieux. Je pense que c’est le cas aujourd’hui. Le Maroc a de meilleurs résultats car tout est mieux structuré qu’avant. Ceci dit, on a aussi eu des résultats à notre époque malgré tout, et de fort belle manière ! Quand le projet est bien structuré sur le plan national, ça ne peut qu’engendrer du positif.

Abordons un sujet plus actuel: la CAN 2019. Les Marocains rêvent d’une nouvelle épopée comme la vôtre en 2004. Toi qui a vécu cette aventure, quels sont selon toi les ingrédients pour réussir une telle compétition ?

Quand on a les qualités que possède l’équipe du Maroc aujourd’hui qui intrinsèquement est l’une des meilleures voir la meilleure de la compétition, il faut se méfier. Le problème est que le Maroc va être très attendu. Contre la Namibie je redoute le match piège et je pense qu’on a un exemple récent avec le match contre l’Iran donc on est prévenu. Je pense que la clé face à tout ça sera l’état d’esprit qui devra être irréprochable. Les joueurs sont bien entourés et ont un staff qui veille à ce que tout se passe bien d’où les résultats. Si on a une équipe du Maroc vaillante comme on a pu le voir jusqu’à à présent, on a rien à craindre. Je pense plutôt que c’est les Lions qui seront craints. Si tout le monde est à 200% ça devrait le faire InchAllah, ce je souhaite de tout cœur.

Jusqu’où vois-tu les Lions aller? En quoi a progressé cette équipe par rapport à celle de la CAN 2017?

On a une très belle équipe. Le problème est qu’on est attendu lors cette CAN et ça ne doit pas créer une pression négative. Au contraire ça doit permettre à l’EN de confirmer ce qu’elle a pu démontrer lors de la dernière CDM. Sincèrement je les vois dans le dernier carré et une fois en demies tout peut arriver. Sincèrement on l’équipe pour gagner mais on est pas la seule. Tout se jouera sur le facteur de l’envie et aussi de la chance dans une moindre mesure. Ça va être la guerre à chaque match.

Partie 2 à suivre en exclusivité sur soccer212.com

Vous aimerez aussi...

Leave a Reply

error: Ce contenu est protégé !
%d blogueurs aiment cette page :