Badr Boulahroud: « Devenir champion d’Afrique c’est le meilleur cadeau que l’on pouvait obtenir et offrir au public marocain »

Badr Boulahroud avec Abdelilah Hafidi et Ismail El Haddad

Badr Boulahroud avec Abdelilah Hafidi et Ismail El Haddad

Récent vainqueur du CHAN et considéré comme l’un des tout meilleurs à son poste en Botola, Badr Boulahroud nous fait l’honneur de répondre en exclusivité à nos questions.

 

 

Bonjour Badr, merci de nous accorder cette interview ! Tout d’abord nous allons revenir sur le CHAN que le Maroc a récemment gagné à domicile. Quel as été ton ressenti quand l’arbitre a sifflé la fin du match contre le Nigéria?

Premièrement le CHAN était organisée au Maroc donc c’était une occasion de montrer ce dont on était capables et nous sommes le premier pays organisateur a gagner cette coupe chez lui donc Al hamdu li lah. Lors de la finale, lorsque l’arbitre a sifflé ce fût pour nous un très grand bonheur, une chose que l’on n’imaginait pas ! Devenir champion d’Afrique c’est le meilleur cadeau que l’on pouvait obtenir et offrir au public marocain. Je pense que cette coupe à marqué l’histoire du football national et je pense aussi qu’on a bien représenté le Maroc. On a laissé paraître une bonne image et Al hamdu li Lah nous avons gagné.

 

Tu as commencé les 2 premiers matchs sur le banc et par la suite été titularisé lors de chaque match jusqu’à la finale par Jamel  Sellami. Comment as-tu convaincu l’entraîneur de te mettre dans le 11?

Pendant les 2 premiers matchs je n’ai pas joué parce que je n’étais pas prêt physiquement, j’étais blessé. Je n’avais pas joué le dernier match avec mon club et j’ai rejoint l’équipe nationale. Je suis resté en repos pendant 1 semaine et demie. Mes camarades/collègues étaient prêts physiquement parce qu’ils ont dû jouer avant. Mais Al hamdu li Lah dans l’équipe nationale on faisait un travail d’équipe, celui qui rentrait dans le terrain faisait son devoir. Lorsque je me suis rétabli j’ai parlé à M. Sellami lors du premier match et il m’a dit “Je vais avoir besoin de toi plus tard, tu as de l’expérience et tu vas m’aider Insha’Allah. Prend juste ton temps”. Donc Al hamdu li Lah c’est ce qu’on a fait, j’ai joué un peu à la fin du premier match puis j’ai joué pendant les 30 dernières minutes du second match et pour le troisième j’étais titulaire pour retrouver le rythme. Al Hamdu li Lah j’ai pu aider mon équipe et ensemble on a pu gagner cette coupe Al Hamdu li Lah.

 

D’ailleurs Jamel Sellami a quitté son poste de sélectionneur de l’équipe A’, vous l’avez su durant la compétition ou bien en même temps que tout le monde lors de sa conférence de presse ? Comment décrirais-tu cet entraîneur?

Par rapport à la décision de démission de M. Jamal Sellami, nous n’étions pas au courant. Il ne nous en a pas parlé, nous l’avons appris en même temps que tout le monde à la fin du match de la finale face à l’équipe du Nigeria. J’aimerais le remercier, parce que mon apparition sur la scène du championnat national a été faite grâce à lui, il m’a fait passé de “l’espoir” à l’équipe A et il m’a fait jouer. M. Sellami est un entraîneur qui travaille avec professionnalisme, il a permis la découverte de plusieurs joueurs de la Botola marocaine. J’aimerais le féliciter pour ce premier trophée de sa carrière qu’est le CHAN. Je pense qu’il a marqué l’histoire et la mémoire de tous les marocains, je lui souhaite la réussite et d’autres succès dans le futur Insha’Allah.

 

Inconnu avant le CHAN, Ayoub El Kaabi a explosé aux yeux du grand public. Le voyais-tu atteindre ce niveau avant la compétition? Vois-tu en lui le potentiel numéro 9 du Mountakhab pour la Coupe du Monde?

Au sujet de mon ami Ayoub EL Kaabi, la première fois qu’il était venu c’était lors d’une concentration. Dès le premier entraînement on voyait déjà qu’il possédait de grandes qualités et qu’il était un grand attaquant, il a prouvé tout cela pendant le CHAN face au public marocain. Il  a inscrit 9 buts cela a marqué le CHAN mais aussi sa carrière professionnelle, s’il signe un contrat il n’oubliera pas le public marocain. Al hamdu li Lah comme tout le monde le dit déjà, ce garçon est bien éduqué, poli et travailleur. Al hamdu li Lah il a été récompensé pour son travail et je lui souhaite une bonne continuation. Pourquoi ne pas devenir le 9 du Mountakhab? Je pense qu’il pourrait faire sa place, il lui faut juste l’opportunité et il montrera ses capacités Insha’Allah.

 

Concernant l’équipe A, tu as vécu ta première sélection en amical face à la Corée du Sud, qu’as tu ressenti? As-tu la Russie dans un coin de la tête?

Pour ce qui est de la convocation en équipe A, je me souviens qu’on était à Settat avec les locaux. Simo (un responsable) m’a appelé et m’a dit: “Tu es convoqué avec l’équipe A, demain matin tu iras avec eux en Suisse”. J’étais surpris, j’étais très content. J’ai pris mon téléphone, j’ai appelé mes proches et les ai mis au courant, ils ont partagé ma joie. Comme tu le sais, chaque enfant qui joue au foot, son plus grand rêve est de porter le maillot de l’équipe de son pays. Al hamdu li Lah ça m’est arrivé et ça m’a donné la motivation et l’envie de continuer à travailler, de m’entraîner et de montrer mes capacités. J’espère que pour les futures convocations je serai à la hauteur des responsabilités qui me seront confiées. Je pourrais ainsi continuer de porter le maillot du Maroc et resterai apprécié des joueurs marocains.

 

En club , vous êtes actuellement 7ème, quel est l’objectif du FUS en championnat?

Depuis l’arrivée de Walid Regragui au club, ce dernier travaille sur un projet depuis maintenant 4 ans. Il s’agit des jeunes, il veut qu’un maximum de jeunes jouent au sein de l’équipe A et en Botola nationale. Je pense que le club y est arrivé, plusieurs jeunes issus du centre de formation sont apparus dans l’équipe A du FUS et ont fait du bon travail. Je dirais que 80% de l’équipe avec laquelle on avait gagné la Botola a changé, aujourd’hui on a une équipe très jeune. On essaie d’apprendre de nos erreurs, on avance petit à petit et on travaille plus. J’espère qu’on réussira à constituer une bonne équipe à long terme pour qu’on puisse gagner des titres dans le futur Insha’Allah.

 

As-tu un club ou un championnat qui te fais rêver?

Le professionnalisme… tous les marocains qui jouent en Botola nationale espère jouer en Europe ou dans un club européen. ça reste une motivation pour faire de son mieux et travailler plus. Personnellement, mon championnat préféré est celui de l’Espagne et j’espère Insha’Allah un jour y jouer.

 

Un petit mot pour les abonnés de Soccer212?

Par rapport aux abonnés de Soccer 212, je les remercie de suivre le football marocain et aussi pour leur soutien et encouragements aux joueurs marocains. Je leur dis merci et j’espère qu’ils continueront de nous soutenir. Je souhaite aussi le meilleur à tous les joueurs marocains sur le plan national et international Insha’Allah.

Vous aimerez aussi...

Leave a Reply

error: Ce contenu est protégé !
%d blogueurs aiment cette page :